Culture et humeurs

♡ Faut-il louer « Dans la brume » avec Romain Duris?

Je vous l’ai assez rabâché : cette année, j’ai étudié et je ne suis pas allée au cinéma. J’ai donc raté une palanquée de films, même si j’ai dévoré pas mal de séries

Cet été, j’ai été plus disponible pour profiter de la vidéo à la demande. J’ai donc repris quelques habitudes, dont celle de visionner les films d’horreur et de science-fiction, avec pour objectif de rattraper le temps perdu. Je suis tombée un peu par hasard sur Dans la brume de Daniel Roby avec .

Un film franco-québecquois de SF en 2018? Assez surprenant, et encore plus d’y retrouver Romain Duris dont les choix artistiques m’ont rarement déçue. Alors, à votre avis, vais-je vous le conseiller?

♡ Informations

Date de sortie : 4 avril 2018
Durée : 1h 29 min
De : Daniel Roby
Avec : Romain Duris, Olga Kurylenko et Fantine Harduin
Genre : science-fiction
Nationalité : franco-québecquois
Nomination : néant

♡ Synopsis

Le jour où une étrange brume mortelle submerge Paris, des survivants trouvent refuge dans les derniers étages des immeubles et sur les toits de la capitale. Sans informations, sans électricité, sans eau ni nourriture, une petite famille tente de survivre à cette catastrophe… Mais les heures passent et un constat s’impose : les secours ne viendront pas et il faudra, pour espérer s’en sortir, tenter sa chance dans la brume…

♡ L’histoire

Mathieu (Romain Duris) et Anna (Olga Kurylenko) vivent à Paris avec leur fille Sarah (Fantine Harduin). L’enfant vit dans une bulle en raison de sa maladie.

Après un tremblement de terre, de la brume s’échappe des bouches d’égouts. Mathieu constate que les parisiens qui respirent la brume s’effondrent en quelques secondes. Il réussit à s’échapper et trouve refuge avec sa femme dans le dernier étage de son immeuble. Sa fille reste dans sa bulle, quelques étages en dessous.

D’abord avec une bouteille d’oxygène d’un voisin puis avec un équipement fourni par l’armée qui essaie d’évacuer quelques survivants, Mathieu et Anna tentent de trouver des solutions pour échapper à la brume dont le niveau continue de monter doucement.

♡ Une étrange ressemblance avec The Mist

Bien évidemment, je ne pouvais que faire le rapprochement avec Brume (ou The Mist), la nouvelle de Stephen King que j’ai dévorée en étant adolescente. Dans les deux oeuvres, la brume arrive, sans raison connue, et elle tue. Cela oblige les personnages à adopter des comportements survivalistes et à réorganiser leurs relations pour affronter le danger qui risque d’exterminer l’humanité.

Je vous signale également que la nouvelle de Stephen King a été adaptée en série disponible sur Netflix. Les 10 épisodes d’une heure prennent quelques libertés par rapport au texte original, notamment en attribuant l’origine de la brume à une revanche de la nature sur les atrocités que les humains lui font subir. Cependant, la série est réussie. Je ne comprends d’ailleurs pas qu’elle ait été annulée à la fin de la première saison.

♡ Mon avis

Resté seulement 3 semaines au box office, ce film a tout de même coûté 10 millions d’euros. Cependant, il n’a rassemblé que 230.000 spectateurs en salle, ce qui le place à cet instant au 82ème rang sur 270 films. J’espère malgré ces résultats moyens, que les fans de vidéo à la demande se laisseront séduire.

Je donne d’abord une mention spéciale aux décorateurs et aux techniciens d’effets spéciaux qui ont su recréer Paris dans ce que la capitale a de plus magique, mais également de plus dramatique dans cet évènement. Les décors sont absolument étouffants. Dans certaines scènes, je me suis laissée emmener par la nécessité de ne plus respirer, notamment avec Anna quand elle doit monter, sans masque à oxygène, les étages de l’immeuble dans lequel la famille est réfugiée.

Ensuite, Romain Duris est extrêmement juste dans son interprétation. L’heure et demie passe rapidement grâce au jeu de ce papa poule qui n’hésite pas à faire des choix audacieux et courageux pour préserver sa femme et sa fille. Et ces choix restent réalistes malgré le danger omniprésent.

Enfin, même si l’épilogue n’en est pas vraiment un, il reste surprenant et donne bien plus à réfléchir qu’un happy end.

Aussi, même si Dans la Brume n’est pas LE film de l’année, cela reste un bon moment que je vous recommande.

L’avez-vous vu?

Qu’en avez-vous pensé?

9 Comments

Et si vous me laissiez un petit mot doux?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé par des doits d\\\'auteur, merci de votre compréhension.
%d blogueurs aiment cette page :