Et toi, tu cherches quoi sur le net?

Ces derniers jours, j’ai été interpelée par plusieurs articles relatant des lynchages par blogs interposés : commentaires assassins, mails injurieux, dénigrement sur d’autres supports, tout cela à la suite d’un avis qui ne fait pas l’unanimité ou d’un quiproquo malencontreux.

Bref, pas de quoi casser 3 pattes à un canard, me direz-vous. Et pourtant, vue l’ampleur que prennent ces « histoires », je me suis demandée : « mais que cherchent-elles sur le net? »

startup-593324_640

Pourquoi bloguer?

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je cherche à m’évader et à décompresser. Ecrire tous les jours sur ce que certains considèrent comme des futilités me permet de déstresser, de me concentrer sur d’autres objectifs que le travail, les tâches ménagères, les contraintes du quotidien…

Alors naïvement, je pensais que : « bloguer, c’est s’amuser ».

Du rêve à la réalité

Bloguer, c’est comme une relation de couple : au départ, il y a la lune de miel. Tu es fière d’avoir écrit 2 articles, lus par 3 personnes (ta mère, ta soeur et ton petit-ami). Cette fierté grandit avec le nombre de lecteurs/articles/commentaires parce que, si tu écris, c’est bien pour être lue.

blog-684748_640

Alors, tu te prends au jeu : si j’ai 10 lecteurs aujourd’hui, j’espère en avoir 20 demain, etc. Vient ensuite le temps des partenariats : tu reçois un mail, puis 2, d’entreprises qui t’envoient, comme à 200 autres, un message te disant que ton blog est tellement fantastique qu’une collaboration serait possible.

Là, comme pour un couple, tu te dis que tu vas inscrire ton blog dans la marbre : dans la vraie vie, tu conçois ton premier enfant. Pour ton blog, tu écris ton premier article sponsorisé en ayant l’impression que c’est le début de la gloire/fortune/reconnaissance.

Cependant, comme dans l’éducation, tu tâtonnes : on t’a livré cet enfant/ce blog, mais il n’y avait pas de mode d’emploi. Alors tu fonctionnes à l’instinct pour arriver à l’élever, à le faire grandir selon tes valeurs. Tu commets des erreurs que tu essaies de réparer. Tu apprends en avançant, et au final tu t’épanouis dans ce nouveau rôle : tu n’avais pas pensé qu’il serait aussi difficile.

woman-71735_640

Le dérapage

Mais, parfois, tu places dans cet enfant/ce blog beaucoup trop d’espérances. Parce que tu y mets beaucoup de toi et que tu attends en retour autant que ce que tu as donné.

Si tu n’y prends pas garde, vient alors le temps des désillusions, puis celui de la jalousie.

– Ses photos sont nulles. Comment elle ose les mettre en ligne? (sous-entendu, au goût artistique, je fais mieux)

– Encore un article sur l’Erase Paste… C’est le 300ème cette semaine. (sous-entendu, aucune imagination, je fais mieux)

– Elle ferait mieux de relire le Bescherelle avant d’écrire! (sous-entendu, aucun effort, je fais mieux)

Elle ferait mieux de ne pas donner son avis si c’est pour écrire des âneries. (sous-entendu, mon avis est beaucoup plus intelligent)

Alors, tu as deux possibilités : soit tu te rappelles pourquoi tu as voulu un blog (pour t’amuser), soit tu dérapes en oubliant les filtres qui font que tu es une personne aimable en société… 

leo-350690_640

Pourquoi cet article?

Pour moi, il n’y a qu’une possibilité : comme dans la vie, ne pas déraper et ne pas accepter que les autres dérapent.    Cachées derrière leur écran, la jalousie et sa bonne amie l’intolérance doivent rester tapies dans l’ombre et ne doivent pas sortir de leur grotte.

Car, même s’il est normal qu’elles existent, elles doivent être refoulées au plus profond du net.

Cependant, je me dis, pour en revenir aux blogueuses victimes de propos répétés et médisants sur les blogs, que l’équilibre avec la tolérance est là-aussi un exercice bien difficile à atteindre : parce qu’elles ont osé un point de vue différent de celui avancé dans un article, parce qu’elle ont osé sortir du rang, les voilà lynchées sur le forum, attaquées de toutes parts comme pour en obtenir la mort sur le web.

dog-663393_640

Mais comme dans le métro, je ne veux pas être celle qui ne tire pas la sonnette d’alarme alors qu’une femme se fait agresser au bout de la rame. 

Je ne me prends pas non plus pour un justicier masqué qui va rétablir l’ordre et la vérité ; je voudrais juste rappeler à voie haute pourquoi nous avons commencé à bloguer.

Pour nous A-M-U-S-E-R!

 

%d blogueurs aiment cette page :