♡ Les parabènes dans les cosmétiques, faut-il en avoir peur?

C’est sur, vous avez déjà acheté un cosmétique avec la mention « sans parabène ». En effet, de plus en plus souvent, nos médias relaient l’idée que les parabènes sont dangereux ; les industriels axent donc leur marketing sur l’absence de ce produit. Mais qu’en est-il vraiment?

♡ Déjà qu’est-ce que c’est?

Bon, déjà, il y en a dans le corps humain et dans certains aliments à l’état naturel. Oui, oui, dans le vinaigre de cidre, la gelée royale, l’orge, etc. Fabriqués chimiquement, on les retrouve dans les compos sous divers noms qui se terminent tous par parabène (paraben) : faciles à retrouver donc.

20110612213740

Pourquoi en introduit-on dans les cosmétiques? Parce qu’ils ont des propriétés anti-bactériennes, anti-mycosiques (contre les champignons) et de conservation.

♡ Pourquoi sont-ils décriés?

Des études récentes montrent cependant que les parabènes sont capables d’établir des liaisons avec les récepteurs aux oestrogènes. En clair, les parabènes ont une influence sur les hormones dites féminines : ils sont accusés d’être à l’origine d’infertilité masculine et de cancers féminins.

sans-paraben-250x250

D’autres études ont montré qu’ils accélèrent le vieillissement cutané en cas d’exposition au soleil.

Alors pourquoi ne sont-ils pas interdits? Pas encore, dirons-nous. Adopté en première lecture en 2010 à l’Assemblée Nationale, le texte de loi qui interdit les parabènes en France est en attente au Sénat depuis 2011. Ce n’est qu’une question de semaine si les lobby industriels n’arrivent pas à enterrer ce projet…

♡ En attendant, je fais quoi?

Je ne suis pas une obsédée de l’étiquette mais, pour les parabènes, je fais attention.

Je n’hésite plus à faire du tri, et cela ne signifie pas que mon budget a explosé. Pour exemple, la crème Nivéa qui a aussi fait sa réputation sur son prix ne contient plus de parabènes depuis les années 70 : en enlevant l’eau au maximum du produit, son fabricant a compris que l’huile cerne les bactéries et les germes qui ne peuvent ainsi plus se multiplier.

paraben-550x220

D’autres techniques plus naturelles permettent aussi de remplacer les paraboles : utiliser la vitamine E ou les huiles essentielles comme conservateurs. Mais là, attention aux allergies…

♡ Ma sélection de produits sans parabène

Le gel douche fondant de Nuxe (ICI)

fp-nuxe-nuxebody-gel-douche-face-2014-04

Le gentle shampoo de Viviscal (ICI)

viviscal

La crème Biokarité Perfectissime Soin Anti Age Jour/Nuit (ICI)

PROD_1409058971

 

  Rendez-vous sur Hellocoton !

9 thoughts on “♡ Les parabènes dans les cosmétiques, faut-il en avoir peur?

  1. Bonjour,

    Ayant travaillé justement dans les systèmes de conservation en cosmétique je pense que je peux ici donner mon avis.

    Il ne faut surtout pas céder à la psychose, les parabens sont des conservateurs très anciens en cosmétique puisqu’ils sont utilisés depuis 1920 !! L’absence de pathologies depuis cette date les avait classé comme inoffensifs. Une seule étude les a remis en question puisque en observant des cellules cancéreuses mammaires, ils y ont trouvé des parabens, pas super étonnant puisque ils se fixent sur les récepteurs hormonaux. Du coup, les gens en ont peur, même si les effets sur la santé ont été largement critiqué dans la communauté scientifique (et forcément ça, ça n’est pas médiatisé).

    Face à l’engouement du « paraben-free », il faut coller aux demandes des clients et trouver d’autres conservateurs …. et, changer une formule stable, qui plait aux clients, c’est vraiment très très compliqué et cela demande beaucoup de travail de développement. De plus, les parabens sont très peu cher (moins de 0.10€/kg de formule cosmétique), très efficaces contre un large spectre de germes (bactéries gram – et gram +, levures et moisissures) à très petite dose (moins de 0.1%) et sont compatibles avec toutes les formules cosmétiques.

    Les autres conservateurs utilisés pour remplacer les parabens sont beaucoup plus onéreux, surtout en cosmétique bio (20€/kg de formules pour certain), ils sont vraiment très peu efficaces, il faut donc les combiner entre eux et augmenter les doses (15% pour certain, c’est encore plus cher du coup et ça cause des allergies !).

    De plus les parabens sont plutôt bien tolérés par l’organisme, alors que ses remplaçant ont des propriétés allergènes et toxiques ( notamment sodium benzoate) ou sont interdit pour les enfants (acide salicylique), ou déstabilisent les formules et les font déphaser.

    Pour contourner tout ça on peut effectivement augmenter la quantité de phase grasse comme Nivéa, sauf qu’on change toute la texture, c’est peu efficace et dans ce cas, en plus des conservateurs, il faut ajouter des antioxydants pour éviter le rancissement de la crème. On n’en parle pas mais ces autres additifs sont peut être bien plus dangereux que les parabens.

    D’ailleurs beaucoup d’industriels suppriment les parabens mais les remplacent par des molécules bien plus toxiques mais simplement moins connues, je pense aux molécules halogénées, contenant du brome ou des composés fluorés qui ont échappés de peu à l’interdiction dans les cosmétiques et qui sont normalement à utilisé en cas extrêmes (quand aucun autre ne garanti la propreté de la formule).

    Je vais m’arrêter là ! c’est un peu court pour parler d’un sujet aussi vaste mais je ne pense pas que le commentaire d’un blog soit fait pour ce genre de discussion ^^. Pour résumé, la conservation des cosmétiques est un vrai casse tête, mais ça reste passionnant. Et c’est de plus en plus compliqué, puisque les micro-organismes sont de plus en plus résistants, les personnes de plus en plus sensibles et la législation de plus en plus stricte …. on fonce droit dans le mur !

    Avec toutes ces joyeusetés…. bonne journée =)

    Ellessaie

    1. Bonsoir.
      Merci de nous avoir fait partager ton point de vue très argumenté. Pour autant, je reste convaincue qu’il faut éviter les parabènes.
      Certes la littérature médicale ne comporte que peu d’études sur le sujet, certes ils sont utilisés depuis longtemps. Mais c’était le cas pour la cigarette dans les années 50 ou pour l’amiante dans les années 80.
      Alors, sans être une phobique de la composition parce que ma passion pour les cosmétiques est plus forte que tout, je ne me prive pas d’éviter les parabènes quand c’est possible et de me tourner vers d’autres alternatives. D’autant que côté prix, si les composants bio sont plus chers, ils restent moins chers que les gammes de parfumerie : je pense en particulier aux luxueux et hors de prix produits de chez Jeanne Piaubert qui sont plein de parabènes et qui coûtent un bras, le second et les deux jambes… 🙂
      Bonne soirée.

  2. Super article que j’ai vraiment adoré lire !!!!!!!!! Je pense toujours au paraben en ce moment et je suis rassuré pour ma crème Nivea !

    1. Bonsoir Sheryl.
      Pas de problème avec ta crème Nivéa : si ta peau la supporte, tu peux la tartiner… Bonne soirée.

  3. Je rejoins assez l’avis ci dessus en ce qui concerne l’excès de psychose autour des parraines ; je m’explique : beaucoup de marques surfent sur la vague et font du green washing en axant sur une stratégie de « sans parraine » alors que les produits vont être plein de quaternums par exemple, comme des silicones mais aussi perturbateurs endocriniens…en fait l’idéal c’est de pouvoir tout simplement se tourner vers des produits avec un label bio ! plus besoin de regarder la compo, on peut être assurée de l’absence de conservateurs pas top tops…et ne pas oublier que ces conservateurs se trouvent surtout aussi dans la maquillage et avant tout les aliments ! et là on les ingère directement, les colorants, les conservateurs…ensuite il faut vivre et ne pas tomber dans une dictature totale..on essaie de choisir des cosmétiques plutôt ok niveau compo, on adapte aussi les détergents…et ce que l’on met dans son assiette, sans être dans une traque absolue non plus…
    ensuite quand on a une peau carrément sensible : slow cosmétique..une huile végétale douce pour démaquiller, une autre en soin, de l’aloe vera…et on conserve 6 mois seulement aussi au frigo…
    merci et bonne semaine !!!!

  4. Hum… Je rejoins également les avis de ellessaie et bruneblogbeauté.
    Les parabènes ont des inconvénients mais ils ont aussi beaucoup de qualités. De plus, ceux qui avaient été décriés dans les médias au départ (car il en existe de très nombreux) étaient déjà connus des fabricants cosmétiques (Européens) et non utilisés pour la plupart d’entre eux. Le problème a été d’étendre cette psychose a tous les autres.

    Je ne dis pas qu’il faut absolument les consommer mais je pense qu’ils ne sont pas pires que les autres conservateurs utilisés depuis cette mascarade. Et les conservateurs « bio » n’ont pas le même niveau d’efficacité que les parabènes. Comme j’ai pu déjà le dire, je préfère avoir une crème avec des parabènes que de la voir pourrir dans son pot… surtout si elle m’a coûté un bras!

    1. Pourtant depuis 2004, l’AFSSAPS dans le cadre de ses missions de sécurité sanitaire poursuit une veille scientifique et technique sur les parabènes. Et l’Organisation Mondiale de la Santé et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement considèrent les perturbateurs endocriniens comme une menace mondiale pour la santé, du fait par exemple de leur impact sur la fertilité ou les troubles neuro-comportementaux.
      Je ne suis pas devenue paranoïaque, mais ceci est suffisant pour m’alerter puisque je suis une grosse consommatrice de cosmétiques…

Et si vous me laissiez un petit mot doux?