Des produits plus responsables
♡ Ingrédients potentiellement nocifs : on fait le point?

♡ Ingrédients potentiellement nocifs : on fait le point?

Honnêtement je ne vais pas pouvoir vous donner la liste complète des ingrédients potentiellement nocifs. Même si je travaille dans le domaine de la santé, j’ai accès à des informations au mieux contradictoires, au pire incompréhensibles pour la blogueuse que je suis.

Mais, ce qui est clair, c’est que certaines substances sont suffisamment controversées, et ce depuis des années, pour qu’on essaie de les zaper quand on n’a pas envie de prendre de risque.

Il me semble en effet que nous avons suffisamment de choix dans les rayons pour décider d’écarter telle ou telle substance, même si les scientifiques n’ont pas réussi à unanimement décider de l’impact négatif ou pas sur la santé.

Si, de votre côté, vous n’avez pas envie de regarder les compositions, cet article n’a pas pour objectif de vous faire changer d’avis : l’information est accessible, et chacun fait ce qu’il veut.

Mais, si vous ne souhaitez pas prendre de risque et passer des heures à chercher sur le net, cet article est pour vous…

♡ Les allergènes

Petite précision en introduction : les allergènes ne sont pas tous chimiques, même si ce sont des ingrédients potentiellement nocifs.

Par exemple, les huiles essentielles, qui sont pourtant 100% naturelles, peuvent elles-aussi causer des allergies sévères. Le farnesol ou le citronellol qu’elles peuvent contenir doivent dorénavant figurer dans la liste des ingrédients, dès qu’ils sont présents à plus de 0,01 % dans les produits à rincer et à plus de 0,001 % dans les produits sans rinçage.

Attention alors quand vous tambouillez avec de l’huile essentielle de citronnelle de Ceylan ou encore celle de rose, de néroli, d’ylang-ylang et même de tilleul.

Du côté des allergènes synthétiques, comme on les retrouve dans beaucoup de produits d’hypermarché, je crois qu’il est important de les citer : il s’agit de la méthylisothiazolinone (dite MIT), de la méthylchloroisothiazolinone (dite MCI) et de tous les dérivés de p-Phénylènediamine.

Comme les parabènes sont des perturbateurs endocriniens, les industriels les ont remplacés par la méthylisothiazolinone finalement très allergisante pour la peau. La MIT est un biocide (conservateur tueur de champignon). Alors elle est utilisée dans les shampoings, les lingettes pour bébé, les crèmes et produits d’entretien. Problème : elle peut provoquer de l’eczéma de contact. Heureusement, certaines marques ont commencé à la supprimer de leur produits.

La methylchloroisothiazolinone est aussi un biocide utilisé en remplacement des parabènes. Mais apparemment elle est encore plus dangereuse que la MIT. En plus de créer des dermites, elle est accusée de neurotoxicité!

Dernier composant à éviter : la p-Phénylènediamine (ou PPD) et ses variantes présentes dans les colorations pour cheveux. Si vous êtes fragile du cuir chevelu comme moi et que vous êtes prises de démangeaisons incontrôlées dans les heures qui suivent une teinture maison, il y a des chances que ce composé chimique en soit la cause.

♡ Les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont des ingrédients potentiellement nocifs dénoncés fréquemment ces dernières années. Il faut dire qu’ils sont accusés de modifier notre système hormonal, et particulièrement chez les femmes enceintes et des enfants.

Je crois qu’on en est qu’au début de la controverse, d’autant que certains prétendent qu’il y en a en quantité dans l’eau, l’alimentation et l’air, voire dans les médicaments. Sans devenir complètement paranoïaque, je préfère les éviter dans les cosmétiques que je peux contrôler.

Alors, j’ai éliminé de la maison le BHA, les parabènes, le cyclopentasiloxane, le BHA et l’ethylhexyl methoxycinnamate.

Vous l’avez compris, les perturbateurs endocriniens regroupent une vaste famille de composés. Alors, même si les autorités ne lancent qu’un appel à la vigilance, je n’ai pas attendu les résultats des études populationnelles pour agir…

♡ Un conservateur à ne pas conserver

Le phénoxyéthanol est l’un des premiers composants que j’ai virés de ma salle de bains. Oui, oui, viré, comme un malpropre qu’il est.

C’est un conservateur très répandu qui a un effet anti-microbien. Quand j’ai eu mes enfants il y a une dizaine d’années, je me suis rendue compte qu’il était dans tous les cosmétiques que je leur achetais. Après vérification sur le net, je me suis aperçue que personne ne savait s’il fallait ou pas s’en méfier.

Or, bizarrement, depuis 2002, sa concentration est limitée à 1 % dans les cosmétiques par la réglementation européenne. Depuis, certains l’accusent même d’être cancérigène, de provoquer la fertilité pour l’homme et ou encore d’être toxique pour le foetus.

Dans le doute, je n’ai plus acheté de produits contenant du phénoxyéthanol. Et on ne s’en porte pas plus mal!

♡ Le cas des agents moussants

Les sulfates sont maintenant connus du grand public en raison de leur caractère potentiellement irritant. Ce sont les agents moussants de tous les gels douche et shampoing de nos rayons de GMS (ou presque!)…

Et il y en a même dans des produits qui n’ont pas vocation à mousser : certaines lingettes d’hygiène intime en contiennent! Et là, si vous réagissez, vous êtes bonnes pour vous frotter à tous les arbres que vous croiserez (cela m’est arrivé!). Je crois que je peux les classer comme ingrédients potentiellement nocifs, n’est-ce pas?

http://lestresorsdesthelle.fr/wp-admin/edit.php

♡ Pour conclure

Quand j’ai terminé cette liste d’ingrédients potentiellement nocifs qui est loin d’être exhaustive, je me suis demandée : mais que reste-t-il comme produits de grande consommation qui ne contiennent pas de substances à éviter?

Et aussi, comment les choisir si on n’a pas 3 heures à passer dans les rayons?

Personnellement, j’ai sélectionné les marques en lesquelles je peux avoir une totale confiance, même si le risque d’allergie à un composant naturel existe encore.

C’est vrai que cela a un certain coût : les gels douche ou shampoings d’hypermarché sont bien plus accessibles que ceux qui sont issus de filières sûres.

Mais je jongle entre les fabrications maison et les ventes privées de cosmétiques bio. Et j’arrive à m’en sortir plutôt raisonnablement.

Mon prochain combat? Réussir à m’auto-convaincre de mettre le nez dans les compositions de mon maquillage. Là, je fais l’autruche : trop peur de devoir jeter mes palettes de grande marque ou mes rouges à lèvres sans transfert qui durent une journée.

Comme quoi, on peut écrire des articles pour donner des conseils aux autres et ne pas se les appliquer…

Et vous, êtes vous sensibles aux compositions?

Avez-vous eu des réactions allergiques ou des irritations diverses et variées?

Comment faites vous pour les éviter?

 

Tags :

36 thoughts on “♡ Ingrédients potentiellement nocifs : on fait le point?

Et si vous me laissiez un petit mot doux?

%d blogueurs aiment cette page :